Up your North

Une retape de la complainte que vous n’avez pas fini d’entendre, le nord-blues. Au lieu de lire ça, allez donc plutôt voter, c’est plus rigolo.

J’ai le désavantage d’habiter dans le tiers-, ou plutôt le quart-monde de la pêche (en particulier la mouche, mais pour le reste c’est à peine mieux). L’eau publique ici, c’est le canal boueux. Les hydrocarbures du trafic fluvial font de belles irisations en surface. L’eau privée, c’est le carpodrome.

J’ai parfois des attaques de spleen quand je songe à la Loire. Ne me parlez pas de la Sorgue. Si je pense à la Miramichi, j’ai envie de pleurer.

Le nec plus ultra

Voilà. As good as it gets. On aura pas mieux que ça par ici.

Fuck that, éructé-je en mon for intérieur, je vais à la pêche quand même. Et comme d’habitude, ce qui commence comme de la pêche finit en séance de casting. Deux heures à fouetter de la soie, avec une Lefty’s deceiver au bout, des fois qu’une perche improbable décide qu’elle préfère en finir comme ça plutôt que par le cancer que la pollution ne manquera pas de lui coller.

(Rassure-toi, lecteur sensible, poète, mon frère, pour émouvante que puisse être l’idée d’un tel geste fatal, la catastrophe n’est pas imminente : la dernière perche a été viandée par la crème halieutique locale en 87.)

Casting, donc. Jusqu’à douze mètres de soie, ça tient bien en l’air. Les boucles sont relativement sexy, je m’aime bien à cette distance. Mais ça s’effondre vite après. Le matos ? C’est pas impossible, avec un blank no-name payé 5$ il y a dix ans (peut être un RX6 de série B, en tout cas il est tout bleu sombre translucide, très belle couleur) et une soie que je crois être une Fenwick super cheap, peut être une DT, peut être #4, … N’empêche que les bons font voler ce qu’ils veulent, alors en attendant mieux je travaille les mamelles du vol à soie : timing/stop/tracking.

Stolen from Dave Whitlock's Fly Fishing for Bass Handbook.

Pour 3, je suis un naturel, c’est ce que je fais de mieux. Faut voir les noeuds que je tricote sur le bas de ligne. Avec un petit effort, je peux passer de 3 à 4. Entre 10 et 13 mètre de soie, si je travaille dur, je peux plus ou moins faire du 2. Mais 1, qui est la seule boucle correcte, celle qui te donne du sex appeal, je ne la tiens pas au delà de 8 mètres en l’air. Mon programme de travail : partir de mes boucles 1 maximales et chercher à allonger le tir, pied par pied.

Pour casser la monotonie, je fais aussi un peu de posés délicats et de précision (je suis assez nul pour l’instant). Et aussi un peu de main gauche, c’est marrant tout ce qu’on perçoit en changeant de main.

Pour pas plafonner à cause du matos, je ne vais sans doute pas tarder à monter une Quickline 9’#4 (pas le projet du moment, ni le suivant d’ailleurs, mais le troisième dans la boucle)… Avec une SA ou une Rio décente, j’aurais peut être l’impression  de rouler en Lamborghini.

Boucle serrée, Rajeff style. Sexy.

Advertisements

6 thoughts on “Up your North

  1. interesting diagram. where/who is it from ?
    is it from a predator fishing book ? (the popper)

    and what does no4 have to do in the sequence ?
    and why does it have that fly leg shape ?

    is this diagram about fault analysis ?

    why is no1 ideal ?
    does this mean that no2 isn’t good ?

    am i going crazy ?! :mrgreen:

    btw, no3 isn’t really a tailing loop, it’s a crossed loop ! two different beasts when it comes to fly line dynamics analysis !
    no3 can be a very useful cast if it’s in control and intentional ! why ?! how ?! when ?! 😕 😛

    cheers,
    marc

  2. Stole it from Dave Whitlock’s Fly Fishing for Bass Handbook. The rationale is more or less “frequently observed loop shapes in fly casting school”. Assessment of n°1 as the only good one is personnal. It’s the one I want. But all right — if I get your drift — actually the only good shape is to get the shape you want to get: ie. line control. Since as all sexyloopers know well, sometimes it’s good to fuckup. But mostly just when you want to.

    Regardez tout le monde, voilà ce qui arrive quand les gens compétents s’en mêlent… On croit avoir une image relativement correcte, bien qu’un peu compliquée avec ses 4 cas de figure, et le premier übercaster qui vous fait l’honneur de condescendre à jeter un œil sur vos élucubrations fait “pffff…” d’un air attendri.

  3. ça m’apprendras. la prochaine fois je ‘pffferais sans questions ! :mrgreen:

    but…. since i can’t shut up… the way to get to cast no1 is by learning and practicing Bill Gammel’s Five Essentials. what’s on the net is always transformed a little so i won’t share any of those links. however, i do hwhen i find out how to share it properly i’ll put it up on the Cobra but in the meantime, check out this article where the Five are an ‘essential’ part.
    http://thelimpcobra.com/2011/09/11/making-adjustments-on-the-fly/

  4. f’… sent by mistake and i can’t edit.
    i was trying to write that i have the original copy of Bill’s Five and will put it up when i can.

    the above link should also help you to cast farther and in control. (you wrote about this in some other post. )
    cheers,
    marc

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s