François de Laval,

évêque in partibus de Pétrée, vicaire apostolique en Nouvelle-France (1658–1674), premier évêque de Québec (1674–1688), se déplace à Paris vers 1660 pour interroger les théologiens de la Sorbonne qui font autorité absolue en matières religieuses pour le Québec.

La question qui le soucie concerne la portée exacte des interdictions alimentaires pour les chrétiens en période de jeûne : les vendredis, le Carême, etc.. Qu’en est-il de ces ressources alimentaires importantes des régions qu’il administre, la loutre et le castor ?

Le castor est-il un poisson ?

Autrement dit, est-il interdit d’en manger pendant le jeûne ? Après débat et considération minutieuse, la Sorbonne décrète que le castor est un poisson. Ainsi que la loutre. Et les oiseaux, pourvu qu’ils ne se perchent pas dans les arbres.

Manifestement, les docteurs de la Sorbonne avaient confondu avec la truite à fourrure.

Ce qui m’amène, par une transition dont il faudrait être bien chagrin pour contester l’habileté, à vous présenter la nouvelle section de g0nefishin9 : Les Mots.

Parce que, comme les doctes théologiens de la Sorbonne du 17e siècle étaient bien placés pour le savoir, beaucoup de choses dépendent de la définition correcte des mots. En particulier bien sûr, la bonne compréhension des choses. Et comme je suis avide de comprendre ce qui se passe quand je lance, et de partager ce que d’aventure je saisis, il faut s’entendre sur ce que parler veut dire.

Considérez ce que vous y trouvez comme un chantier, n’hésitez pas à corriger, suggérer, etc. Mi casa es su casa.

One thought on “François de Laval,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s