Analytique d’une boucle

Vu sur Sexyloops, un résumé saisissant de Bernd Ziesche :

Maintenant, comment forme-t-on une boucle ?

J’aime bien séparer la boucle en trois parties :

1. Le bras de mouche (aval)
Il est principalement formé par le mouvement de l’extrémité de la canne pendant l’accélération (positive).

2. La face pointe de la boucle
Elle est principalement formée par le processus du stop.

3. Le bras de canne (amont)
Il est principalement formé par le mouvement de l’extrémité de la canne après le stop.

Très facile à retenir, très pratique pour une estimation à la louche de ce qui craint dans mon lancer. En l’occurence : 1. la boucle ferme (TPC concave), 2. la boucle n’est pas sexy (en U, stop approximatif), 3. le bras amont se gondole (rebond après le stop mal amorti).

Misayre.

Un livre sans aucun rapport, utilisé à des fins de pure distraction visuelle, mais que je lirai bientôt et vous tiendrai au courant

Encore que. Il y a des nouvelles sur le front du lancer. Ce matin, après le lâcher de nains dans la cour de l’école, je me cale une heure au parc, et c’est reparti pour une session. Il fait très beau, le parc est magnifique, 10-15 kmh de vent, presque rien.

Je commence par décider que le vent est une illusion créée par mon esprit et dépourvue de paramārtha ou réalité ultime. En revanche, pour dissiper d’autres illusions, je me donne un instrument de mesure des distances. Résultats : le vent est un maître terrible, mais il enseigne. Dans la brisette de ce matin, je forme des boucles très jolies de façon consistante jusqu’à douze mètre. C’est mieux que ce que je croyais. J’insiste longtemps sur toutes les distances intermédiaires, je construis de la mémoire musculaire.

Cependant, je ne peux pas surveiller mes arrières : j’ai le soleil pile dans l’axe, quand je me retourne je suis aveugle. Qu’à cela ne tienne, suivant le vibe zen de mon guru, je ferme les yeux et je me laisse guider par mes sensations. Ça marche bien. Sauf quand je touche la branche, là bas, mais je peux aussi sentir la force et l’éviter. Enfin, après l’avoir tapée quelque fois, on est pas encore Jedi, hein…

Bref, ravi. La soie siffle à mes oreilles. C’est du Berlioz.

Image non contractuelle (pompée à Charles Ritz 1973, j'espère que je finirai pas en taule)

Bien sûr, cela ne pouvait durer.

L’après midi, je teste la Sage One d’un copain (j’en reparlerai), une 9’6 pour soie 6. Surlignée. Ah c’est sûr, ça passe mieux dans le vent. On peut même shooter les trois quarts d’une Triangle Taper. Mais mon arrière-train, misayre de misayre, mon arrière train! Au delà de 15-17m, mon lancer arrière part en sucette d’une force ! rien que d’y penser j’en ai les larmes aux yeux. Mon copain pense que mon arc est trop court, moi je pense que je voudrais mourir.

Ou au moins qu’il va falloir très sérieusement travailler le stop arrière. Je veux une boucle plus serrée que les fesses d’une nonne, devant ET derrière. Non mais.

On n’est pas là pour rigoler les mecs.

34 thoughts on “Analytique d’une boucle

  1. sorry, but i have no clear idea of what you’re talking about.
    it sounds as if you’re casting static loops… :mrgreen:
    besides, amont/aval implies an inclination. is this to mean that one of the legs has to be higher than the other ?

    why make it so complicated/confusing ?
    rod leg – loop face – fly leg
    this allows for all casting styles in all planes of any cast that has a loop.
    cheers,
    marc

    btw, muscles are not cognitive and don’t have brains. they can not have a memory !

    • go ask bernd !!
      my understanding is that if you want to talk to a finicky sonovabitch, like they tend to get when they’re engineers, you want to be careful because stopping the rod is actually a (negative) acceleration.

  2. as you quoted this before the ‘stop’, what’s the point of bring up fly leg if there isn’t even a loop yet ? look, maybe i’m just not understanding your translation. can we see the original text please ? thanks !

      • ok, got it. replace ‘formed’ by ‘shaped’ for a better understanding of Bernd’s text.

        keep in mind that that SL thread isn’t about a basic understanding of casting, so, i’m wondering why it’s taken as an example ?
        getting a V shaped loop should not be a priority for people who are starting off fly casting. good controlled, consistent U shaped loops are.
        maybe a bit of an offbeat analogy, but one usually doesn’t start racing cars before learning how to drive !
        this is a case of biting off more than one can chew. i know you see what i mean 😀

        • oh, I’m painfully aware of that… yet, if you think you can tell a boy watching race cars he must first learn to park the family prius, and expect him to be happy with that, then my good friend you don’t have too many boys at home. ^_^
          I know I should be wiser and strive for the reasonable, but then reasonable men are making dough and cutting taxes, not slinging a flyline like silly and blooging about it on top of that :p

  3. you’re right, blooging is silly so what’s a stop and why might it condition the loop’s face shape ?
    this should keep you busy and out of trouble for a while… 😆

    • I’d say it’s reduction to 0 of the speed of rotation of the rod.
      The rod is a spring that we use to store energy during a comparatively long time (the stroke) and deliver it in a short time (max bend to RSP to counterbend). The stop triggers energy restitution and determines its form, which determines the form of the loop (of the traveling wave?).

  4. here’s a little experiment i highly recommend doing.
    find a way to hold the rod vertically and fixed to the ground by something stable.
    the rod grip must be firmly anchored and the rest of it should be able to move freely.
    any rod will do.
    take the end of the fly line and walk away till the rod is very flexed and let go of the line.
    come back and tell me what you discovered !

  5. Oh boy, I love this conversation…
    Yeah, I’m aware of the results of the infamous casting machine. Ideally, your experiment should lead to the line crashing in the tip.
    That’s why I’ve been careful not to emphasize the abruptness of the stop, and to say that the stop take time. As far as I understand it, there’s some structure in the reduction to 0 of the angular speed, and that ‘form’ of the deceleration will allow loop formation. And while the rotation of the rod around the butt ceased, there still may be some translation.
    Anyway, I’m prepared to be wrong ^_^

  6. Bon, en attendant le résultat de cette expérience, il va mieux ce lancer arrière ?
    Je ne sais pas depuis combien de temps tu pratiques le lancer de la mouche, mais si je puis me permettre un conseil : avant de rechercher la distance (et 15-17 mètres c’est déjà du chemin) recherche le contrôle. Entraîne-toi avec 7-12 mètres de soie maximum (3 à 4 longueurs de canne pour faire simple) en cherchant à maîtriser ta boucle sans faire bouger ta main de soie (en particulier, pas de DT). Fais des boucles larges, des boucles serrées, des boucles parallèles (dont les deux “jambes” sont sur le même plan que celui de ta canne), des boucles volontairement décalées (“jambe de mouche” à gauche par rapport à la “jambe de canne”; “jambe de mouche” à droite par rapport à la “jambe de canne”), des TL volontaires. Une fois que ta ” mémoire musculaire” 🙂 te permettra de réaliser ces exercices sans même y penser, il sera temps de rallonger de 5 ou 6 mètres et de faire intervenir des tractions.
    Baille
    Malik

    • excellent conseil.
      à vrai dire, c’est exactement ce que je fais. je travaille mon lancer depuis un mois environ, et je suis parti de presque rien. si tu lis les posts dans “de la soie en l’air” tu verras que je me focalise sur le contrôle à courte distance.
      La DT et la recherche de distance, c’était juste pour tester la Sage. cela dit j’y ai appris un truc : un bonne boucle arrière sur de la longueur et avec une soie plus lourde, c’est toute une autre histoire musculairement parlant. en 4wt, je suis toujours ‘moins fort, moins fort, moins fort’… avec 15m de 7wt, les gurus vont me dire que c’est pareil, ce qui est sans doute vrai, mais tout de même, faut tirer sur le bastringue.

        • aha, je le savais…
          en fait, la sensation musculaire est proportionnelle à 1/2mv²d où m c’est la masse, v la vitesse et d la distance à la main. la masse augmente, la canne était une 9’6 (donc un pied de plus que celle dont j’ai l’habitude) et surtout en allongeant le tir (j’y allais à grand coup de DT de bourrin) la vitesse augmente. bref, je ne serais pas surpris qu’au final, les contraintes sur le poignet augmentent d’un bon tiers.
          c’est ce que mes muscles me disaient en tout cas, mais si avec du talent au final la sensation est du même ordre, ça dit juste encore une fois que la route est longue
          oh well…

      • Pardon, je n’avais pas encore fait le tour de la maison ! Une petite remarque : je ne pense pas qu’à distance de lancer égale, une soie plus lourde, disons à partir de 6/7, réclame plus de “muscle” dans la traction qu’une soie légère, disons 3/4, tout au contraire (rapport masse/vitesse je crois, mais la physique et moi..). C’est d’ailleurs probablement des tractions trop violentes sur ton lancer arrière (qui ont notamment tendance à tordre le scion) qui t’ont valu une partie des petits problèmes de boucle (et de trajectoire) que tu signalais lors de l’essai de la Sage one. A propos, que penses-tu (que pensez-vous) de cette canne ?

        Baille…

        • bon bon bon, je le double savais…
          ok, quelques heures sur le pré en plus
          pour la Sage, je vais poster une revue (qui vaudra ce qu’elle vaudra mais tout sera explicite, et ce qui est sûr c’est que je touche rien de chez Sage, et que de toute façon c’est pas très TsC&C donc je suis pas suspect de biais positif).

          • “ok, quelques heures sur le pré en plus”… et le risque de t’entraîner à reproduire des erreurs de lancer… cela dit non pour te décourager, mais pour t’encourager, si tu veux vraiment progresser en lancer, à aller voir un instructeur de lancer, ou, au moins, à te faire filmer par un ami lors de tes entraînements, car entre ce qu’on croit faire et ce qu’on fait vraiment, il y a souvent un petit monde 😉

            • ben ouais, je sais bien…
              mais a) pas d’instructeur dans le nord et b) ça coûte un peu un bras… je sais que ça vaut le coup, mais c’est chaud quand même pour moi
              on voit bien les gars qui traînent 5000 boules de matos et qui lancent comme des patates, et qui feraient vraiment mieux d’investir la moitié de leur budget dans des heures de cours…
              mais j’ai bien peur que pour la moitié de mon budget, tout ce que t’aies à m’offrir c’est d’aller prendre une café…
              ^_^’

  7. “mais j’ai bien peur que pour la moitié de mon budget, tout ce que t’aies à m’offrir c’est d’aller prendre une café…” Ben…, je ne me suis jamais fait payer pour aller boire un café ni donner un cours de lancer, alors budget ou pas, le problème c’est surtout que je n’habite pas dans le Nord. Cela dit je n’essayais pas de faire de la retape, mais je ne crois pas qu’un instructeur soit si cher et s’il est bon (pas toujours facile à savoir avant) c’est probablement un investissement à consentir : comme tu dis, certains de nos collègues claquent une petite fortune en matériel mais ne renonceraient pas à l’achat d’une nouvelle canne pour payer (en général moins cher) quelqu’un qui les aideraient à mieux se servir de l’ancienne 😉 Et puis un blog pour causer lancer, ça aide aussi !
    Ciao

      • Eh bien c’est assez simple, mais la réponse risque d’être décevante : on ne s’en débarrasse jamais complètement, mais on en diminue très fortement la fréquence à force de travail :mrgreen: et de réflexion sur ce qu’on fait et sur ce qui se discute à ce propos, par exemple sur Sexyloops.
        Une autre façon de s’en débarrasser, parfois sans trop réfléchir, est de décaler et d’ouvrir un peu la boucle sur le plan horizontal (plus précisément de “coucher”/décaler la “jambe de mouche” à droite pour un droitier et à gauche pour un gaucher, par rapport à la “jambe de canne”) notamment par une très légère torsion de poignet ou par un discret mouvement rotatif du bras ou de l’avant-bras juste avant le “stop”, voire durant la course de lancer. Cela ne me plaît pas trop, mais ça peut aider et c’est est assez à la mode chez certains lanceurs plus ou moins connus (notamment en Allemagne et dans les pays scandinaves : on le voit très bien en observant la position du moulinet en début et en fin de lancer).
        Je ne m’y résous que pour réaliser des courbes en sèche ou lorsque je propulse des leurres lourds, afin d’éviter dans ce cas-là, des collisions désastreuses pour le scion de ma canne ou douloureuses pour ma tête, mon torse ou … mes fesses :-). Vu de côté, selon l’angle de l’observateur…ou du photographe, ce genre de boucles décalées peut même ressembler au très discuté “V loop”.
        Cela dit, si tu passes en Suisse, n’hésite pas à me prendre au mot !
        Baille

        • i COMPLETELY disagree with your proposed method to avoid tailing loops.
          Laurent has a recent and very comprehensive list of TL causes which he’ll be able to figure out and put to good use.
          it’s counter-productive and confusing at best to include another casting style as a quick ‘bandaid’ fix…

          cheers,
          marc

          • Marc, avant de désapprouver complètement, lis-moi bien, c’est-à-dire attentivement et… complètement 🙂 et vois ce que j’en dis : sérieusement, j’ai l’air d’encourager à cette “méthode” ? Je ne crois pas, mais comme j’aime bien que les gens puissent choisir en connaissance de cause ce qui leur convient, j’en dis un mot, c’est tout 🙂 Je ne doute pas que Laurent saura trier par lui-même le bon grain de l’ivraie et c’est d’ailleurs ainsi que je conçois l’enseignement (pas seulement celui du lancer d’ailleurs) : non comme l’inculcation de certitudes doctrinaires et rassurantes, mais comme une invitation à prendre le risque réfléchir par soi-même, et, si possible “out of the box”.
            Baille

            • le problème, c’est qu’avec ce temps dégueulasse et la crève que je me tape, je ne suis pas retourné sur le gazon depuis lundi. je sais que ça peut être bon parfois de faire un break, mais là c’est nul.
              en tout cas, il me semble avoir à peu près compris les bases-bases du lancer par dessus la tête, et des principaux foirages. cela dit, ton point est valide : entre ce qu’on croit qu’on fait et ce qu’on fait… dès que je chope cette cam, je poste mes horreurs (si jamais j’arrive à vaincre ma répugnance)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s