Comment photographier une prise

La plupart d’entre nous l’a compris maintenant, l’appareil photo est la bourriche du pêcheur moderne. Ce qui bien entendu a pour conséquence de nous transformer tous en potentiels producteurs de fishporn. Cela est bel et bon, à ceci près que le genre, comme tout genre, a ses règles, même si on se sent créatif et qu’on est parti pour les enfreindre.

Louis Cahill est un photographe pro, une bonne partie de son travail est dédiée à la pêche, il fait de la photo de classe mondiale. A ce stade, c’est plus du fishporn, c’est de l’érotisme halieutique. Il y a quelques jours, sur Gink&Gasoline, il donnait quelques conseils pour prendre en photo votre prise. Il a été assez gentil pour me laisser le traduire. Invité du jour, donc : Louis Cahill.

Longtemps avant que nous ayons des APN, je me souviens comme j’étais excité en fonçant vers le premier One-Hour Photo venu pour y faire développer mon film. L’anticipation dans l’attente de passer les gros poissons en revue était presque aussi amusante pour moi que de prendre un trophée. J’aimerais pouvoir dire que toutes ces photos développées sortirent parfaites, mais c’est loin d’être vrai. Certaines s’avérèrent excellentes, mais la majorité était floues, j’y avais la tête coupée, ou je tenais le poisson comme un bleu. De nos jours, on a le luxe de la vérification instantanée avec les APN, donc nous n’avons pas d’excuse pour ne pas prendre de bonnes photos quand les poissons coopèrent. Voici quatre trucs pour capturer de meilleures photographies de vos trophées, avec des exemples de la bonne (à gauche) et de la mauvaise (à droite) manière de tenir votre poisson. Gardez à l’esprit qu’il y a une phase d’apprentissage pour gérer les gros poissons. Plus on le fait, meilleur on devient.

Ci-dessus, quatre des erreurs les plus communes que je vois les pêcheurs faire quand ils essaient de prendre une bonne photo de leur trophée. Prenez votre temps, manipulez le poisson doucement et humainement, et n’ayez pas peur de regarder ce que vous faites pour vous assurer que vous tenez le poisson correctement. Si vous faites comme ça, vous verrez que la majorité de vos photos sera excellente.

Thanks Louis, those are great tips indeed!

5 thoughts on “Comment photographier une prise

  1. sympa ce petit tableau illustré! Simple mais efficace!

    A reprendre pour le bar, mais avec un point n°5: ne pas tenir le poisson par les ouies… Si le bon Dieu n’a pas donné de dents au Labrax, c’est bien pour qu’on lui foute un doigt dans la gueule!

    • j’ai quand même des doutes avec cette prise par la gueule qui est si à la mode chez les leurristes. je sais bien que prendre le poisson par les ouïes est une aberration en no-kill (les bouchers eux ils s’en foutent, c’est normal), mais je ne suis pas sûr que la mâchoire du poiscaille adore ce qui lui arrive.
      non, la double prise queue + derrière les ouïes me paraît quand même le truc à faire.

  2. Ouep, moi aussi, mais le choix est pas forcément facile à faire…

    Epuisette ou non? Pour moi, oui, mais sans noeud
    Boca ou pas? Pour moi, non
    Quelle prise? Je préfère également une prise queue/flanc, mais certains poissons gigotent tellement que c’est complexe, et le bar par exemple, peut quand même infliger de bonnes blessures… Du coup, il me semble préférable d’adopter une prise sécurisée, qui permet d’éviter une chute.

    Finalement, je crois pas qu’il y ait de solution miracle! L’essentiel est d’avoir bien intégré les risques de chaque manipulation, et de limiter leur nombre. Mais cette planche est très bien faite!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s