Hardcore

Kelly Galloup, déjà responsable de la cacahuète de cirque, est un gros malin quand il s’agit de donner un nom à ses modèles de mouches. L’idée (développée dans les pages de Hatches) est en gros que s’il est impossible d’empêcher d’autres compagnies de pomper ses modèles, il peut tout de même leur donner un nom assez frappant pour que même les imitations restent en quelque sorte sa propriété intellectuelle.

C’est malin, incontestablement.

Ce qui est intéressant en revanche, c’est que Galloup a choisi, pour imprimer une marque indélébile à ses créations, d’avoir recours à l’imaginaire — ou au moins au vocabulaire — de la pornographie, celle qui n’implique que très occasionnellement la participation d’un poisson.

Echevelée et scandaleuse

Tout a commencé par une sorte de quiproquo, lorsqu’il inventa une variante de la Blonde, qu’il baptisa innocemment (peut être) et descriptivement  (sans doute) la Stacked Blonde, nom dont les connotations évoquent plus facilement la vallée San Fernando que celles de la Blackfoot ou de la Bitterroot. (Une expérience amusante consiste à demander à Gogole image ce qu’il a pour ‘stacked blonde’. La composition du résultat est plutôt rigolote. Attention ! Ne faites pas ça à la maison si vous n’êtes pas un adulte consentant. Et encore. N’oubliez pas que je suis un professionnel entraîné.)

Le nom avait l’air de rester et de marquer, Galloup systématisa un peu ce qui était au départ un accident (je vous épargne la traduction et les explications, je ne voudrais pas faire étalage de mon érudition sur la question) : I-Balz SculpinKeller’s SleezburgerGalloup’s Butt SumpGalloup’s Barely LegalGalloup’s Conehead T&AGalloup’s Zoo Cougar… Un festival. A tel point que le contenu de votre boîte à streamer pourrait bien justifier un classement en catégorie 5 par l’Office Catholique Français du Cinéma.  Le plus comique de tous est certainement le fameux Galloup’s SDungeon, dont le nom initial (Sex Dungeon) a dû être modifié par notre bouillant monteur à cause de sa tendance à irriter les filtres à spam, destin qu’il partage avec le B Monkey, où B vaut pour Butt.

Flyporn : la sulfureuse Sex Dungeon (une variante)

Un streamer censuré par un algorithme visant à éliminer les productions d’autres algorithmes visant à instrumentaliser la misère sexuelle pour attirer les mentalement déficients dans des escroqueries en ligne, moi ça m’épate.

Décidément, Philippe Meyer n’a pas tort, nous vivons une époque moderne.

One thought on “Hardcore

  1. Pingback: Stacked Hairs | G0ne Fishin9

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s