Proust Walton (2)

This one’s in French, I’ve had it in my drawer for weeks.

Vous le savez, 2012 sera l’année de la carpe à la mouche (calm), si les fumeurs de crack mental  ont, comme ils en ont l’habitude depuis plusieurs millénaires, tort. Dans cette riante perspective, voyons un peu ce qu’un calmiste paradigmatique a dans le cigare. Pour cela, j’avais, il a quelque temps, demandé à Julien Fontanelli de répondre au questionnaire de Proust-Walton, ce qu’il a fait avec beaucoup de gentillesse.

JF, alias Jujube sur les forums, c’est l’incarnation de ce qu’il y a de bien dans la carpe à la mouche. Les possibilités nouvelles, l’aventure dans les taillis, et surtout des courbes de malade dans le blank. Au fond, c’est bien plus dans l’esprit d’un Hemingway que de prendre des truitelles à peine maillées dans un ruisseau de campagne.

Julien a ses moments lorsqu’il raconte ses aventures sur son blog, pas très souvent chargé, mais toujours avec un contenu de qualité. Extrait :

Commence alors un bras de fer, une véritable symphonie de plaisir rythmée par le chant du moulinet! Elle a une énergie de dingue, je suis le poisson jusqu’au milieu de la rivière… j’ai de l’eau jusqu’à la poitrine, canne haute ! Ça va dans tous les sens… rien ne semble fatiguer cet obus. C’est jubilatoire de tenir un tel poisson. Ce sont des sensations gravées en moi depuis ma première carpe à la mouche. A de nombreuses reprises, j’amène le poisson dans mes pieds. La pluie continue de tomber, ambiance de bout du monde… lutte contre les éléments et contre cette belle carpe qui est bien décidée à ne pas se laisser faire.

Julien Fontanelli, L’âme d’un aventurier.

Le questionnaire de Proust-Walton

Si tu étais une rivière :

Je serai une rivière de plaine avec une faible pente. Une alternance de petits rapides et de grandes zones calmes avec des caches sous les berges entre les racines. J’aimerai me sentir protégé par de grands arbres et une épaisse végétation rivulaire.

Si tu étais un poisson :

J’aimerais être une carpe… poisson puissant, intelligent et qui semble vouloir défier les âges. J’aime ce côté force tranquille, démarche nonchalante et un regard attendrissant.

Si tu étais une technique :

Je serai la nymphe à vue. Ecole de patience, de rigueur et d’inventivité. J’ai beaucoup appris sur moi en pratiquant cette technique.

Si tu étais une saison :

Je serais l’été… Pour son esprit festif, repos, détente et farniente. Etant d’un naturel calme et rêveur, cette saison me colle à la peau. Bien entendu dans l’idéal, je rajouterai quelques pluies durant cette saison afin d’éviter la sécheresse de nos rivières !

Une qualité que tu admires chez un pêcheur :

Grande question… Mais je déteste par dessus tout l’esprit de compétition ! Alors au niveau des qualités, je suis plutôt pour le partage et la simplicité. A ce sujet certains moucheurs sont devenus au fil du temps de vrais amis sur qui compter (et c’est réciproque).

Une qualité que tu admires chez un poisson :

Ce que je vais dire ne concerne peut-être pas directement le poisson. Mais quand je suis à la pêche, j’ai tendance à tout oublier, me recentrer sur l’essentiel. Les plus grandes décisions et remises en question de ma vie se sont faites au bord de l’eau. Comme des défis que l’on se lance pour progresser. Et c’est dans ces défis permanents que me donnent les poissons que se trouve pour moi leur principale qualité !

Ta plus vieille/belle/terrible/atroce/étonnante histoire de pêche :

C’est le jour où j’ai attrapé cette énorme carpe Koï en nymphe à vue. Des heures de traque en mode sioux dans les roseaux pour enfin arriver à décider la belle. Un moment de bonheur inimaginable. Sinon comme je dis souvent, la plus belle histoire, je ne l’ai pas encore vécue et c’est ça qui me pousse en avant pour progresser et me mettre de nouveaux défis !

Un rêve au bord de l’eau :

Oui, tu vois là bas, sous la racine, je viens de voir passer une ombre monumentale. C’est un poisson tellement gros que j’ai du mal à imaginer sa taille. Alors mon rêve c’est de me mesurer à ce poisson. Et le jour où j’aurai attrapé ce poisson, je sais que je vais voir une autre ombre encore plus grosse sous la berge…

(Photos J. Fontanelli)

Advertisements

3 thoughts on “Proust Walton (2)

  1. Merci pour ta publication! Ca fait super plaisir… j’ai adoré ton introduction…
    Au plaisir de te croiser ua bord de l’eau, et n’hésites pas en cas de besoin.
    Julien

    • Ah, si jamais je passe sur tes terres, compte sur moi pour t’envoyer un petit mp… moi aussi je veux m’égratigner dans les ronces, me faire rincer par les averses et me faire défoncer le moulin (le mien est bien cheap, tu te doutes) par 10 kgs de mémère furibarde.
      Ça ferait de l’aventure sur g0ne. C’est pas tous les jours… ^_^

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s