Words

Prémisse 1. Un blog est une affaire de mots. Si on passe sa vie à la pêche, on peut bien se dispenser des mots, et de l’internet aussi d’ailleurs. Mais là on parle.

Prémisse 2. Un peu de (bonne) théorie n’a jamais, dans l’histoire de l’humanité, fait de mal à personne. A vrai dire, si notre espèce avait toujours écouté ceux qui se croient malins en évitant de se prendre la tête, on en serait encore à bouffer des larves et à dormir dans les arbres.

Prémisse 3. La langue mondiale est l’anglais. Je ne suis pas sûr que ce soit triste. En tout cas c’est un fait. Mais puisqu’ici on parle français, il faudra trouver les mots justes pour échanger et transmettre.

Prémisse 4. Le lancer est une affaire importante et une source de plaisir. En pêche, mais aussi en soi. Si vous ne voyez pas trop de quoi je parle, peut être que cet endroit là vous donnera la bonne image.

J’ai l’espoir que cet endroit finisse par devenir un lieu de tels échanges, en particulier pour ceux qui prennent le lancer vraiment au sérieux. Histoire de stabiliser les notions et de se comprendre, je pense que c’est intéressant d’avoir un petit lexique.

Je pompe évidemment tout ce que je peux chez ceux qui savent.

Lancer : l’activité par laquelle on propulse la mouche à distance au moyen d’une ligne (soie).

Lancer Avant (Arrière) : un seul battement dans le cycle de base du lancer. Déplacement de la canne entre deux PRC.

Cycle de lancer : séquence lancer arrière – lancer avant.

PRC : Position Rectiligne de la Canne.

Faux lancer : lancer au terme duquel la ligne ne se pose pas en position de pêche.

Boucle : forme que prend la ligne entre deux lancers. La boucle se compose d’une face (partie distale, la plus éloignée de la canne), d’un bras de canne (entre la pointe et le scion) et d’un bras de mouche (entre la pointe et la mouche).

Boucle fermée : Punition infligée par Yahweh à Adam et Ève pour avoir pris une truite au ver. Résultat d’un lancer pendant lequel la TPS est concave.

TPS : Trajectoire de la Pointe du Scion.

32 thoughts on “Words

  1. Pingback: Analytique d’une boucle | G0ne Fishin9

  2. Bonsoir,
    Rigolo ton blog, j’aime bien; je vois que tu as essayé de démarrer un discussion sur le lancer chez mouche.fr., pardon, monbof.fr. : lancer, traduire et voir ce qui ce fait ailleurs, c’est pas trop dans la culture de l’hexagone et encore moins dans celle dudit forum. Si tu souhaites continuer la conversation, tu as mon mail. Bravo pour ta curiosité!
    Malik

    • Hello Malik,
      bienvenue sur g0ne. Merci!
      Sinon, oui, j’ai bien conscience que le casting et autres aspects exotiques de la palm ne sont pas très courus en France. Mais je ne sais pas si c’est très différent aux States. Seulement ils sont des millions là bas. Avec un même pourcentage d’intéressés, ça fait tout de suite une autre communauté.
      Et de la même manière, ils veulent bien s’intéresser à ce que font les autres… s’ils le font en anglais et avec une 9′. ^_^
      Il leur a fallu des décennies avant de percuter la NAV.

      • Je ne peux hélas pas te contredire… Chacun à tendance à voir midi à sa porte…
        Merci pour l’accueil !
        Malik

  3. A propos: je ne traduirais pas tailing loop par “boucle fermée”, même si, pour l’instant, je n’ai pas mieux à proposer, sinon des périphrases; d’ailleurs, même en anglais, l’expression est ambigüe, même si on sait très bien à quoi elle renvoie ; je ne réduirais pas non plus les causes de cet effet au seul parcours concave de la pointe du scion, qui ne produit pas forcément une collision de la partie supérieure et inférieure de la boucle.

    • En fait, c’est la définition de Paul Arden sur Sexyloops. L’intérêt est de garantir que c’est une faute. C’est un problème, parce qu’il y a des lancers de présentation où la ligne croise ou se referme, et c’est volontaire. Donc cette définition est maline, parce qu’elle fait du TL le résultat d’une faute de lancer, et donc en soi un truc indésirable

        • Pardon, j’oubliais : je crois que “tailing loop”, typiquement, gagne à rester dans sa langue d’origine – non que les francophones ne fassent pas de TL, mais parce que des expressions du genre “collision de la soie sur elle-même” ou “collision des jambes de ligne”, ou “boucle fermée” etc… n’ont pas la valeur expressive de la formule anglaise qui s’est, de fait, déjà imposée sur le plan international. Ok pour distinguer “tailing loop” de “crossing loop”.

          Baille

  4. Encore un truc : “Most fishermen use the double haul to throw their casting mistakes further.” Difficile à rendre en français parce que LK joue sur les mots pour rendre deux idées; je dirais “La plupart des moucheurs usent de la double traction pour masquer/gommer leurs erreurs de lancer” (à courte distance) et “La plupart des moucheurs prolongent (et grossissent) leurs erreurs de lancer en usant de la double traction” (à longue distance, s’il y parviennent). Contradictoire ?

    • ça c’est intéressant, j’avais pas perçu la deuxième interprétation.
      il faudrait un truc du genre : “La plupart des moucheurs usent de la double traction pour éloigner leurs erreurs de lancer”

      • Je surinterprète sans doute les propos de LK, mais c’est bien l’idée, la mienne en tous cas🙂 : à la fois tenter de masquer les erreurs (quand la DT n’est pas nécessaire : lancer de courte distance) et les reproduire sur la distance, les propulser loin de soi, comme pour s’en débarrasser (throw away) – ce qui est d’ailleurs parfaitement vain puisque, au contraire, plus la distance augmente plus les effets des petites “erreurs” de lancer se font sentir jusqu’à compromettre le résultat.
        Je crois aussi que, dans l’esprit de LK, un apprentissage trop précoce de la DT ne permettra au moucheur-lanceur débutant que de projeter ses erreurs basiques de lancer un peu plus loin.
        Ciao

  5. “Bon, ben disons que, dans le cas particulier, par où qu’on le prenne, la traduction française rend mal l’original anglais ”
    i’m not quite sure what you mean, is it french humour… or ?

    • Swiss humour (SH) : ça s’exporte moins bien que les montres et le chocolat :-))
      Ce que je veux dire (warning : SH), c’est que la traduction est un art difficile !

      Baille Malik

        • Non Mister Marc, pas si facile, pas si facile… y compris dans ce cas. Le français a horreur des répétitions et dispose d’un vocabulaire moins étendu et précis que l’anglais, d’où, assez souvent, la nécessité de recourir à une périphrase en français là où l’anglais a juste besoin de deux mots et où l’allemand utilisera sa faculté de créer des néologismes. Bref, sans discuter des éventuels sous-entendus que comporte la phrase de LK (et tu as sans doute raison : je surinterprétais), une traduction possible et relativement élégante serait : “La plupart des moucheurs utilisent la double traction pour donner de la distance à leurs erreurs de lancer”
          Baille

  6. Messieurs (et mesdemoiselles ou mesdames plus tard je l’espère), je suis vraiment ravi de lire ces lignes. Et de rencontrer d’autres amoureux du lancer.
    Si par bonheur certains d’entre vous se rendaient au salon de Paris, ce serait avec plaisir que je vous inviterai boire un verre pour partager cette passion.
    Bien cordialement, ou j’ai d’ores et déjà envie de dire, amicalement.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s